Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découvrez l'histoire d'Echenay, petit village de Haute-Marne !

UN CINEASTE A CIRFONTAINE -1974

7 Novembre 2011 , Rédigé par Petite et Grande Histoire d'Echenay Publié dans #Ca s'est passé près d'Echenay

Werner Herzog, de son vrai nom Werner Stipetic, est un réalisateur, acteur et metteur en scène allemand né le 5 septembre 1942 à Munich (Allemagne)). Il est l'un des représentants majeurs du nouveau cinéma allemand des années 1960–1970.

 

Né à Munich en 1942, il passe sa petite enfance dans un petit village bavarois, et son adolescence à Munich. Il poursuit des études littéraires. En 1963, il crée sa maison de production : la Werner Herzog Filmproduktion. Il commence à réaliser ses premiers courts métrages. En 1968, il réalise son premier long métrage : Signes de vie (Lebenszeichen) qui remporte l'Ours d’argent au Festival de Berlin.

Ses trois films suivants (« Les nains aussi ont commencé petits », « Fata Morgana » et « Aguirre, la colère de Dieu ») sont présentés à la quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes. Il gagne ainsi la reconnaissance internationale en tant que représentant du Nouveau cinéma allemand.

 

Les tournages de Werner Herzog sont souvent de véritables aventures. Ce fut le cas pour son célèbre film « Aguirre, la colère de Dieu », autant à cause des colères spectaculaires de Klaus Kinski que d'une nature dangereuse (notamment lorsque l'équipe tournait au beau milieu des rapides) puisque le film est tourné dans la forêt amazonienne.

Son dernier long métrage, un documentaire sur la grotte Chauvet (Ardèche), sort en France le 1er septembre 2011.

 

A l’automne 1974, il apprend que son amie Lotte Eisner, critique et historienne du cinéma, est très malade. Depuis Munich, il décide de se rendre à Paris, avec la certitude qu’elle survivra s’il voyage à pied.

 

Tenu du 23 novembre au 14 décembre 1974, ce journal de marche est le témoignage d’un homme qui nous fait partager tour à tour ses moments d’exaltation, d’épuisement, de plénitude.

 

Le soir du Samedi 7 décembre, il couche à Domrémy La Pucelle. Le lendemain matin, il part, toujours à pied, pour Joinville qui sera sa ville étape. Il passe par Greux, Le Roises, Vaudeville, Dainville, Chassey,  Cirfontaine, Poissons puis Joinville. 

 

Dans ce journal de marche, il évoque Chassey et Cirfontaine de façon intéressante.

 

« A Chassey, le camion de ramassage tète le lait des bidons et remplit sa citerne. J’ai senti monter en moi une détermination grave et claire quant à mon destin. J’atteindrai la Marne aujourd’hui. Cirfontaine se meurt doucement, maisons abandonnées, depuis déjà longtemps, un grand arbre s’est abattu en travers d’un toit. Des choucas habitent le village. Deux chevaux mangent l’écorce d’un tronc. Sous les arbres, des pommes pourrissantes jonchent le sol argileux et mouillé, personnes ne les a ramassées. Un pommier – qui, de loin, semblait être le seul à avoir des feuilles – avait encore mystérieusement gardé tous ses fruits, serrées les uns contre les autres. Il n’y a plus une feuille dans l’arbre mouillé, rien que des pommes mouillées qui ne veulent pas tomber. J’en ai cueilli une, elle avait une saveur aigrelette, mais elle était juteuse, et j’avais soif. J’ai jeté le trognon dans l’arbre, et les pommes sont tombées en pluie.

Quand leur chute s’est apaisée, qu’elles furent enfin à terre, j’ai pensé : personne au monde ne peut imaginer un tel abandon de l’homme. C’est le jour le plus abandonné, le plus solitaire de tous. Alors, j’ai secoué l’arbre jusqu’à ce qu’il soit vide. Dans le silence, les pommes martelaient le sol. Quand ce fut fini, un formidable silence s’est rué sur moi. J’ai regardé autour de moi et il n’y avait personne. J’étais seul. Dans un lavoir abandonné, j’ai bu de l’eau, mais c’était déjà plus tard. »

 

C’est une assez triste évocation de notre petit coin de Haute-Marne mais il est vrai qu’à l’époque, certains villages semblaient plus morts que vifs. Heureusement, tout cela a changé !

 

Sources : Wikipédia et extrait de « Sur le chemin des glaces », son journal de marche – Petite Bibliothèque Payot

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article