Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découvrez l'histoire d'Echenay, petit village de Haute-Marne !

TOMBEAU DU GENERAL DE PIMODAN

27 Avril 2013 , Rédigé par Petite et Grande Histoire d'Echenay Publié dans #General de Pimodan

 

 gnl Pimodan 3

 

 

Un peu d’histoire de St Louis des Français

Sous le pontificat de Sixte IV, la communauté française de Rome prit l’initiative d’ériger l’une des plus grandes églises françaises à Rome. Jusqu’alors, les Français se réunissaient près de Saint-Pierre-du-Vatican, dans la chapelle Sainte-Pétronille.

Le 2 avril 1478, la bulle de Sixte IV officialise la naissance de cette nouvelle église en plein cœur de la Ville Eternelle. Entre la Place Navone et le Panthéon, l’église ainsi que la confrérie française prennent le nom de Saint-Louis, en référence au Roi de France.

Il faut attendre le 12 août 1518 pour que le cardinal Jules de Médicis – futur pape Clément VII – pose la première pierre en présence du pape d’alors, Léon X. L’édifice et la façade sont le résultat de l’œuvre architecturale conjointe de Giacomo della Porta et Domenico Fontana.

L’église fut achevée en 1589 grâce au soutien financier du cardinal Mathieu Cointerel, d’Henri II, d’Henri III et de Catherine de Médicis. En revanche, le décor intérieur n’atteint son stade définitif qu’en 1764, après maintes aventures architecturales.

Responsable du projet, Giacomo della Porta confia à son maître d’œuvre Domenico Fontana et au tailleur de pierre Marcantonio Busi la construction de la façade de Saint-Louis-des-Français.

Etendue horizontalement, ennoblie de travertin et surmontée d’un fronton triangulaire, l’architecture de la façade puise son inspiration chez Michel-Ange : longue baie vitrée et portail principal.

Des éléments sculpturaux rappellent l’histoire française de l’église : le blason en marbre des Armes de France, les bas-reliefs des Salamandres (insigne de François Ier), les statues des quatre niches de Sainte-Clothilde, Sainte-Jeanne-de-Valois, Louis IX et Charlemagne.

Le Décor Intérieur de l’Eglise

Pensé par l’architecte lyonnais Antoine Derizet, les lignes intérieures seraient plutôt classiques tandis que les détails relèveraient du baroque. L’église se compose de trois nefs centrales sans transept, de cinq chapelles latérales de part et d’autres des nefs, d’un chœur et d’une sacristie.

Le revêtement de marbre jaspé de Sicile, la voûte en caissons à stucs blanc et or, les deux orgues majestueux du mur d’entrée et la fresque de La Mort et l’Apothéose de Saint-Louis rendent l’ensemble admirable. La série des dix chapelles recèle de tableaux, fresques et autres décorations somptueuses. Dédiées à Saint-Denis, Sainte-Cécile, Jeanne-de-Valois, Saint Louis, Saint-Sébastien, à l’Immaculée Conception et à la confrérie des Lorrains, de nombreux artistes renommés y ont participé ; le plus fameux d’entre eux étant Michelangelo Merisi dit Le Caravage.

La décoration de la chapelle de Saint-Mathieu, la cinquième de la nef gauche, connut de nombreuses péripéties avant d’être le lieu des célèbres toiles du Caravage.

En 1599, la Congrégation de Saint-Louis ne voyant pas les travaux de cette chapelle aboutir (les fresques des parois latérales du Cavalier d’Arpin restant inachevées) fit appel au jeune Caravage pour en finir l’exécution.

Le Caravage effectua alors les célèbres tableaux La Vocation et Le Martyre de Saint-Mathieu, Saint-Mathieu et l’Ange. Nul doute que l’année 1599 marque un tournant dans la vocation picturale du Caravage qui se tourne désormais vers une peinture du Sacré où s’allient émotion et narration.

 

Source : France-vatican.org

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article