Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découvrez l'histoire d'Echenay, petit village de Haute-Marne !

TERRES ET SEIGNEURIE D'ECHENAY A LOUER - 1779

8 Mai 2013 , Rédigé par Petite et Grande Histoire d'Echenay Publié dans #Le Chateau d'Echenay

J’ai trouvé dernièrement une annonce qui a suscité ma curiosité.
 
 
30 juin 1779
 
 
 
De quoi pouvait-il s’agir ? Et pourquoi ?
 
En fait, voici une explication possible et très probable:
 
Je vais prendre des chemins détournés pour émettre une hypothèse, d’ailleurs suggérée par un de mes lecteurs  à qui j’ai soumis la question.
 
LOUIS XIV, ayant retenu les leçons de la fronde (et pas pardonné celle-ci !), s’emploie à « museler » la noblesse. Quel meilleur moyen de la surveiller que de l’avoir « sous la main» à Versailles ?
 
Souvent avides d’honneurs et de privilèges,  ils entrent, pour la plupart, facilement dans son jeu et jouent des coudes à Versailles  pour approcher au plus près la famille royale.
 
 Ses successeurs maintiendront cet état de dépendance.
 
Toutefois, certains nobles, ont  de bonnes raisons de le faire :
 
 « Les La Vallée de Rarécourt  Pimodan sont les représentants de ces grandes races militaires inféodées au sol ancestral et qui comprennent que la protection de ce sol est leur véritable fonction dans l’état.( ). Trop souvent, dans les délices de Versailles, ceux-ci (NDLR : la noblesse) deviendront  alors des asservis, abandonneront leur vassaux, vendront peu à peu leurs châteaux et leurs terres, perdront dans la molle atmosphère d’une cour, cette virilité morale sans laquelle une aristocratie, quelle qu’elle soit, n’a plus de sens… »
 
Source : Gabriel de Pimodan par le Baron de Maricourt – Imprimeries réunies de Senlis- 1932
 
Ne se sont-ils pas ruinés (en grande partie) en défendant la France sur les Marches de l’Est pendant des siècles pour de piètres récompenses par rapport à d’autres ?
 
Certes, ils occupent des postes importants mais la vraie reconnaissance n’est pas encore là.
 
Et puis, le pouvoir est à Versailles. C’est l’endroit où il faut être  pour « paraitre » ou « servir ». Habiter le château est impossible, sauf pour quelques privilégiés extrêmement proches du roi.  Mais on s’y bat pour un misérable galetas et la ville de Versailles est hors de prix.
 
La meilleure solution est d’habiter Paris. En 1779, les Pimodan achètent l’hôtel de Lauzun (qu’ils revendront à la révolution), encore appelé de nos jours Hôtel de Pimodan). Ainsi, proches de Versailles, ils peuvent servir. Mais cela les éloignent d’Echenay. Et tout ceci à un coût !
 

Voilà certainement pourquoi ils passent cette annonce le 30 juin 1779. D’une part, il faut de l’argent et d’autre part, il faut bien « déléguer» à quelqu’un, faute de pouvoir s’en occuper par soi-même. Mais ils ne vendent pas, ils louent. Ils garderont d’ailleurs  Echenay plus de trois siècles et se battront après la révolution pour lui redonner un certain lustre!

 
La reconnaissance suprême viendra un peu plus tard : « Les Honneurs de la cour », c’est-à-dire être présenté au roi en personne et puis, pour les hommes, monter dans son carrosse lors d’une chasse.
 
Mais ça ne se fait pas comme ça ! Il y a des règles très strictes :
 
HONNEURS DE LA COUR - ÉTAT GÉNÉRAL DES GENTILSHOMMES PERSÉSENTÉS, OU QUI ONT EU L'HONNEUR DE MONTER DANS LES CARROSSES DU ROI, ET DE SUIVRE SA MAJESTÉ A LA CHASSE, OU QUI ONT OBTENU LES ENTRÉES DE LA CHAMBBE DEPUIS l'ANNEE 1779 JUSQU’A 1789.
 
Honneurs  de la cour.
 
Ces honneurs étaient, pour les dames, d'être présentées au Roi, à la Reine, et à la famille royale,  pour les hommes, de monter dans les carrosses du Roi, et de chasser avec Sa Majesté, après avoir été préalablement présentés.
 
Il fallait, pour y être admis, faire les preuves de la noblesse la plus ancienne et la moins équivoque. L'ordonnance du Roi rendue à cet effet, le 17avril 1760, et que nous transmettons littéralement ici, donnera une juste idée de la pureté de la noblesse des familles qui étaient admises aux honneurs de la cour
 
« A l'avenir, nulle femme ne sera présentée à S. M. qu'elle n'ait préalablement produit devant le généalogiste de ses ordres trois titres sur chacun des degrés de la famille de son époux, tels que contrat de mariage, testament, partage, acte de tutelle, donation, etc., par lesquels la filiation sera établie clairement depuis l'an 1400. Défend S. M. audit généalogiste d'admettre aucun des arrêts de son conseil, de ses cours supérieures, ni de jugements rendus par ses différents commissaires, lors de diverses recherches de noblesse faites dans le royaume, et de ne recevoir, par quelque considération que ce puisse être, que des originaux des titres de famille. Et voulant, à l'exemple des rois ses prédécesseurs, n'accorder qu'aux seules femmes de ceux qui sont issus d'une noblesse de race, l'honneur de lui être présentées, S. M. enjoint également à son généalogiste de ne délivrer aucun certificat, lorsqu'il aura connaissance que la noblesse dont on voudra faire preuve aura pris son principe dans l'exercice de quelque charge de robe et d'autres semblables offices, ou par des lettres d'anoblissement, exceptant toutefois dans ce dernier cas ceux dont de pareilles lettres auraient été accordées pour des services signalés rendus à l'État, se réservant au surplus d'excepter de cette règle ceux qui seraient pourvus de charges de la couronne ou dans sa maison, et les descendants par mâles des chevaliers de ses ordres, lesquels seront seulement tenus de prouver leur jonction avec ceux qui auront été décorés desdits ordres. »
 
NOTA. Ce règlement est le même que celui qui concerne la preuve des hommes qui aspirent aux honneurs de la cour.
 
En 1786, le 28 mars, le comte de Pimodan est présenté au roi.
 
Puis en 1789, le 17 février, le  Baron de Pimodan
 
Source : Modes et Usages au temps de Marie-Antoinette par le comte de Reiset - PARIS – Librairie FIRMIN-DIDOT – 1885
 
 
 
Voici, je pense, résolu le mystère de cette curieuse « annonce immobilière ».
 
2-avril-1786.JPG
                                                                   
                                                      Publication officielle du 2 Avril 1786
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article