Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découvrez l'histoire d'Echenay, petit village de Haute-Marne !

SIMON DE SAILLY-ECHENAY - 9eme seigneur connu d'Echenay - XIVe SIÈCLE

11 Décembre 2014 , Rédigé par Petite et Grande Histoire d'Echenay Publié dans #Millénium - Les seigneurs d'Echenay- 1000 ans

En cette fin de XIIIe siècle, début du XIVe, la grande famille des Joinville est à son zénith. Ils ont acquis le sénéchalat de Champagne et Jean de Joinville, le patriarche, est devenu un ami et un compagnon très proche de Louis IX plus connu sous le nom de Saint Louis (qu’il accompagnera aux croisades) et de sa mère Blanche de Castille. Le roi lui confie toutes sortes de missions de confiance et, fin diplomate, il s’en acquitte avec brio.  Bon guerrier, diplomate, d’une fidélité au roi sans faille, interessé par les sciences du temps, cultivant la poésie et la musique, il est véritablement au plus près du pouvoir et de la cour royale. Il faut lire ses mèmoires !

 

Evoluant dans l’ombre de ce grand seigneur, Simon de Sailly fait figure de second rôle. Il n’en demeure pas moins pour nous qui nous intéressons à Echenay l’homme tige des Seigneurs d’Echenay. Si son grand-père Guy fut le premier des Joinville-Sailly, il est le premier de ce qu’on peut nommer les Joinville-Echenay. Son frère Guy ayant hérité de Sailly, il héritera d’Echenay.

 

On sait assez peu de chose sur lui.

 

Simon (qui vivait encore en 1326) épousa une dame nommée Marie (vers 1309 ?) de laquelle vinrent :

 

Guy, seigneur de Clermont et des Chenets (Echenay) qui fit un accord avec l’abbé de Saint Urbain en 1336 et mourut sans postérité (certains auteurs qui donne une fille).


Agnès dite de Sailly, femme de Jean Chauderon.


Laure, dite de Sailly, qui sera Dame des Chanets (Echenay) 

 

 

Au mois d’Avril de l’an 1303, Simon et son frère Guy se trouvent nommés au mandement de Philippe le Bel, fait aux nobles de Champagne pour se trouver à Lagny trois semaines après Pâques pour le fait de guerre. On sait qu’à cette époque (1303), la situation est tendue entre Philippe Le Bel, Edouard 1er roi d’Angleterre et Gui de Dampierre, comte des Flandres.  Peut-être les deux frères ont-ils combattu à la bataille d’Arques où Guillaume de Juliers, petit fils de Gui de Dampierre battit l’armée de Philippe Le Bel ?

 

La fière bannière auquel un ancien provincial donne pour armes de gueules au chef d’argent, à une bande des armes de Jean de Joinville a sans doute claquée sous le ciel du Nord !

 

La rivalité entre Français et Anglais ne cessera de croitre et quelques décennies plus tard commencera la guerre de cent ans.

 

Sceau_contre_sceau_Anseau_de_Joinville.png Sceau et contre-sceau d'Anseau de Joinville- Wikipédia

 

Le trente et un mars 1323, Anseau de Joinville, fils de Jean le célébre chroniqueur de Saint-Louis cité au début de cet article, Anseau dis-je, alors devenu Sire de Joinville à la mort de son père en 1317, déclare qu’il a donné à son cousin Simon, chevalier et sire d’Echenay, et à ses hoirs (héritiers en ligne directe)  la mouvance de Soulaincourt (village à 4 kms de Pincelay). Piètre reconnaissance…

 

Car à l’époque, le château se nomme Les Chanets et le village d’Echenay se nomme Pincelay. En Décembre 1269, Jean sire de Joinville déclarait (et en français s’il vous plait !) qu’à son lit de mort, Robert de Sailly, le père de Simon, du consentement d’Ausélis, sa femme et de Guy, son fils (frère de Simon), donnait à l’abbaye d’Ecurey où il devait être enterré, six setiers de mouture chaque année sur le moulin de Pincelay. Simon y fut-il enterré aussi ?...

 

Source : Bibli. Nat., lat.17048, d’après le cart. d’Ecurey


Malgré ses probables faits d’armes, Simon restera méconnu pour l’histoire. Il est vrai qu’il n’etait que le vassal de ses illustres parents.

 

Sa fille Laure lui succédera et fera passer Echenay dans le giron de la famille de Dinteville qui donnera au village un lustre comparable, sinon plus, à celui des Joinville.

 

Mais c’est une autre histoire…

 

Sources :


- Histoire généalogique et chronologique de la maison Royale de France, des pairs et grands officiers de la couronne – tome VI – par le  P. Anselme – 1730

 

-Collection Universelle des Mémoires particuliers relatifs à l’histoire de France

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article