Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découvrez l'histoire d'Echenay, petit village de Haute-Marne !

LES SOEURS DE LA PROVIDENCE A ECHENAY - XIXe SIECLE

16 Novembre 2011 , Rédigé par Petite et Grande Histoire d'Echenay Publié dans #Solidarité et Générosité à Echenay

Au XIXe siècle, après la Révolution, les années de guerre de l’Empire, et suite au début de l’ère industrielle, le pays prend véritablement conscience de la difficulté des temps pour certains et différents moyens de solidarité se mettent en œuvre.

Les religieux (entre autres), ont reconquis la place qu’ils avaient perdu par la Révolution Française. Ils ont repris leurs missions d’éducation et de soutien aux déshérités.

 

Ainsi à Echenay, s’installent les Sœurs de la Providence :

 

SOINS DES MALADES A DOMICILE

 

Maison des Sœurs de la Providence (de Langres), à Langres. —

Fondée en 1802 —Autorisée en 1827—Soigne et garde gratuitement les malades indigents.

 

Religieuses du même ordre, remplissant le même office à :

 

Aprey, Auberive, Autreville, Audeloncourl, Baissey,Bannes,

Beltaincourl, Bienville,  Rrachay, Brennes, Brousseva, Bologne,

Bourg-Sainle-Marie,  Bussières, Ceffonds, Cohons, Créancey, Coublanc,

Chezeaux, Chassigny, Çirfontaine, Chaumont, Cusey, Coi/fy le-

Haut, Chamouilley, Courcelles- Val d'Esnous, Corgimon, Chauflour, Chalindrey,  Donnemarie, Doulaincourt, Echenay, Eclaron, (etc…)

.

Maisons des Sœurs de Saint-Charles, à Saint-Dizier, Joinville, Vassy et Bourbonne.

 

Source : La France Charitable et Prévoyante – Paris – Librairie Plon – 1896

 

La congrégation a été fondée en 1802 par le Père Edme Leclerc (1751-1816), prêtre du diocèse de Langres et par Jeanne Roger, une langroise qui resta laïque.

A la fin de la Révolution française,  prenant conscience de la misère matérielle et spirituelle du temps, le Père Leclerc forme le projet de fonder une Congrégation de Sœurs destinée à l’évangélisation des plus pauvres et à l’éducation des enfants du peuple dans les campagnes.

Durant un siècle, des communautés de 2 ou 3 sœurs s’implantent dans de nombreux villages de Haute Marne et des départements environnants. Les sœurs vivent simplement, souvent très pauvrement, au milieu des gens, faisant la classe et répondant aux besoins du moment...

 

 

Début du 20ème siècle, séparation de l’Eglise et de l’état : ce sera par exemple, 80 petites écoles qui fermeront le même jour et des Sœurs partiront en Suisse dans le canton de Fribourg. De nombreuses sœurs se sécularisent pour pouvoir continuer leur mission d’éducation dans les écoles. La congrégation s’oriente de plus en plus vers les soins aux malades, aux personnes âgées et vers des services divers en paroisse.

 

Source : http://www.catholique-hautemarne.cef.fr/

 

 

On notera avec dépit, que deux siècles plus tard, les choses n’ont pas vraiment évolué et que la nécessité d’aider est toujours aussi actuelle.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article