Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découvrez l'histoire d'Echenay, petit village de Haute-Marne !

LA SAULX - 2013

30 Août 2013 , Rédigé par Petite et Grande Histoire d'Echenay Publié dans #Reperes Geographiques

Echenay est baigné par La Saulx, petit cours d’eau tranquille classé en Première Catégorie.

 

P1050743.JPG

 

Commençons par un petit cours de géographie afin de découvrir l’environnement:

Le point culminant du canton (de Poissons) est le Mont de Germay, dont l'altitude est de 427 mètres.  C'est dans les ondulations de cette commune que se trouve le point de partage des eaux qui s'écoulent : à l'est, dans l'Ornain, par l'Ognon ; au nord, dans la Saulx ; à l'ouest, dans le Rongeant; et au midi, dans le Rognon, car les versants d'Epizon descendent vers le Rognon. ( )

Le gradin le plus élevé s'étend de la côte du moulin, à Cirfontaines (425 mètres), à celle de l'ancien moulin d'Epizon (421 mètres), en passant par les coteaux de Germisay (415 mètres), de Germay et de Lézéville (418 mètres).

De cette ligne de faîte partent, en s'infléchissant, dans la direction du nord-ouest, des massifs à bases Kimméridiennes fortement découpés et sinueux qui s'ouvrent pour livrer passage, par d'étroites vallées, à la Saulx, au Rongeant et à leurs affluents. ( )

Les cours d'eau qui arrosent le canton ne sont pas très-importants, par la raison que tous y prennent leur source. Ils sont tributaires de la Marne ; notre canton appartient alors au bassin de la Seine.

Par ordre d'importance on trouve :

1° La Saulx, qui prend sa source au bas de Germay, passe près de Bressoncourt, traverse l'étang d'Harméville, arrose Echenay et sa magnifique prairie, Pansey, Effincourt et Paroy, puis sort du département, après un parcours de 15 kilomètres, pour entrer dans celui de la Meuse et se jeter dans l'Ornain.

Ses affluents de droite sont de minces filets ou ruisseaux qui servent d'écoulement aux petits étangs de Bressoncourt et d'Echenay.

A gauche, c'est le ruisseau de Soulaincourt, la Saur, qui est à sec pendant l'été.

2° Etc… ( )

Source : BULLETIN  DE LA SOCIETE D’AGRICULTURE DE L'ARRONDISSEMENT DE WASSY (Haute-Marne). FASCICULE  1 er  - 1872 – WASSY - TYPOGRAPHIE ET LITHOGRAPHIE DE J. GUILLEM IN  - 1873

Dans la portion qui traverse la commune, La Saulx n’est plus la rivière que j’ai connue dans les années 1970. C’était alors une rivière encore poissonneuse où vairons, truites et quelques brochets hantaient les bords, se cachant sous les souches. Une canne légère, un hameçon de 22 et c’était la friture assurée. Pas besoin d’emmener d’appâts ! La rivière fournissait les Porte-Bois (larves, très sensibles aux pollutions organiques et très efficace indicateur de la qualité de l’eau, qui pour protéger leur corps mou et fragile, construisent un tube de soie qu'elles recouvrent à l'aide d'un matériau tel que sable, petits cailloux, feuilles mortes, etc…) que l’on trouvait à foison en retournant les pierres dans le courant puis que l’on sortait délicatement de leur gaine protectrice. Si le poisson convoité était une truite,  les prés fournissaient la sauterelle qui la tenterait à coup sûr. Le vairon, lui, finissait dans la gueule du brochet ou de la grosse truite. Oh, pas un monstre bien sûr, mais suffisamment gros pour donner le gout de la pêche à vie à un adolescent! Les arbres sur les berges formaient un tunnel de verdure, le lit était formé de petits graviers et de pierres plus grosses qui assuraient l’abri des truites. C’était hier…

 

Aujourd’hui, le visage de La Saulx a changé. Elle s’est envasée. L’été, un filet d’eau coule entre les herbes aquatiques qui envahissent son cours.

P1050758.JPG

 

 L’hiver, elle s’enfle parfois pour envahir les prés environnants.

 

IMGP3220.JPG

 

Si elle reste agréable à regarder, le poisson n’y trouve plus son compte (et moi non-plus !). Quelques vairons miraculés, s’accrochant à la vie, alimentent les hérons de passage mais leur pitance est maigre. Un ragondin et sa progéniture a élu domicile dans une berge. Le coin semble lui plaire. On voit aussi des canards sauvages faire étape avant de repartir vers d’autres horizons.

Nos ancêtres seraient certainement encore plus surpris. La rivière, au cours plus important, alimentait en Haute-Marne moulins, fourneaux, bocards.

Tableau des Usines industrielles et agricoles.

                        MOTEURS INDUSTRIELS.                          MOTEURS AGRICOLES.

                         { Le Fourneau à Echenay                              Les 2 Moulins d'Effincourt

LA SAULX       { Le Bocard et le Fourneau de Pancey

                         { Le Fourneau et la fonderie de Paroy

C’était donc un élément économique d’Echenay, même si celui-ci n’a jamais eu l’importance de certains autres villages proches. 

C’était aussi un peu un centre social. Malgré le lavoir au centre du village, une grand-tante lavait encore son linge sur une pierre à laver dans la rivière. Il est vrai qu’elle habitait à 500 mètres de ce dernier. C’était aussi un terrain de jeu pour les enfants du pays.

En deux siècles, La Saulx a beaucoup changé. Elle n’alimente plus d’étangs poissonneux. Jeanne d’Arc ne reconnaitrait certainement pas la rivière qu’elle a franchie de nuit un soir d’hiver.

Espérons que rien n’est irrémédiable et qu’elle sera sauvée un jour pour retrouver son visage d’antan.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

JCDG 31/12/2013 04:52

Quelles jolies photographies de La Saulx en toutes saisons!

Petite et Grande Histoire d'Echenay 30/03/2014 17:04



Merci JC