Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découvrez l'histoire d'Echenay, petit village de Haute-Marne !

DES ALIENS DANS LE TUNNEL DE SOULAINCOURT

10 Mars 2013 , Rédigé par Petite et Grande Histoire d'Echenay Publié dans #Ca s'est passé près d'Echenay

La destinée des ouvrages humains obsolètes est parfois étonnante. J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer le tunnel de Soulaincourt qui servit de décor à un film avec Philippe Noiret et Sabine Azema (voir autre article).

J’ai découvert récemment qu’une autre utilisation lui avait été trouvée :

La conservation, la  protection et sa réhabilitation en faveur des populations de Chiroptères.

Mais qu’est-ce donc ? Quelques aliens extra-terrestres?

chauve-souris.png

 

 

« Les tunnels ferroviaires inutilisés peuvent constituer des sites d’hibernation précieux (EUROBATS, 2007).

Dans les tunnels ouverts aux deux extrémités, la température est trop fluctuante et l’air est trop sec pour les chauves-souris (EUROBATS, 2007)

Ces anciens tunnels ferroviaires sont aujourd’hui des sites importants pour la conservation d’espèces patrimoniales, que ce soit la Barbastelle d’Europe mais aussi une multitude d’espèces rares et menacées (CPIE, 2008)

Le tunnel de Soulaincourt présente les caractéristiques suivantes :

Longueur : 480m

Largeur à la base : 7 à 8m

Hauteur : 6 m

Il n’est pas visible depuis la route, à l’écart des villages de Soulaincourt et de Thonnance les-Moulins. Son Etat de conservation est très bon, avec des infiltrations limitées et des parois non fissurées. De plus, il n’y a pas à l’intérieur d’activités humaines.

Il a donc un bon potentiel chiroptérologique

A l’intérieur du tunnel :

-           Hivernage annuel de la Barbastelle d’Europe (4 à 9 individus de 2000 à 2008 – GEML & CPIE ; 19 à 25 en 2009 et 2010 - CPIE ) ;

-           Activité automnale importante (11 espèces identifiées - CPIE) ;

Mais les conditions sont  peu favorables au stationnement prolongé car il y a peu d’anfractuosités, de fortes variations journalières de la température et de l’humidité, un important courant d’air et une forte luminosité…

Par ailleurs, dans un proche périmètre, il y a plusieurs colonies de reproduction connues :

-          Eglise de Brouthières (Petit rhinolophe)

-          Château de Brouthières (Petit rhinolophe)

-          Château de Pancey (Sérotine commune)

-          Château d’Echenay (Petit rhinolophe)

 Un cloisonnement de l’édifice permettrait d’améliorer les conditions climatiques du tunnel et favoriserait l’hibernation des chauves-souris car les chiroptères recherchent tout particulièrement des cavités avec une température comprise entre 2 et 8°C en moyenne et un taux d’humidité proche de la saturation.

L’aménagement du tunnel assurerait sur le long terme la préservation voire la restauration des colonies de chiroptères sur le territoire.

Les travaux dureront 3 semaines (mi-août à mi-septembre 2010)

• Entreprise locale : REB & ELOI (Haute-Marne)

• Coût : 25 000 euro

Il s’agit de la mise en place de deux cloisons en bois à l’intérieur de l’édifice +

suivi des variations de la température, de l’humidité et des courants d’air avant

et après aménagement.

Résultat : stabilisation de la température à l’intérieur du tunnel

Hiver 09-10 : de -11,1°C à +9°C moyenne = +1,26 °C

Hiver 10-11 : de +3,6°C à +8,2°C moyenne = +6,06 °C (NB : hiver 10-11 anormalement doux)

Résultat : diversification des micro-conditions à l’intérieur de l’édifice avec maintien de zones froides pour les espèces peu exigeantes (Barbastelle) et de zones plus chaudes pour les espèces plus sensibles.

Humidité (données estivales)

Résultat : stabilisation et hausse du taux d’humidité moyen à l’intérieur du tunnel

Les premiers résultats

Humidité hivernale

Résultat : hausse généralisée et stabilisation du taux d’humidité à l’intérieur de l’édifice

Les premiers résultats

Hivernage de la Barbastelle d’Europe : effectif record de Barbastelles au cours de l’hiver 10-11 mais poursuite du suivi nécessaire pour vérifier si cette augmentation est due aux aménagements et/ou à une dynamique positive de cette espèce.

Pour la suite, la proposition est la pose de micro-gîtes (en bois, en béton de bois et poteries) fin 2011 pour favoriser l’hivernage d’autres espèces. Utilisation régulière des briques en « béton de bois » par la Sérotine commune (nouvelle espèce hivernante) et la Pipistrelle dès le 1er hiver. »

 Sources : CPIE Pays de Soulaines & Groupe Erelia GDF Suez

Ainsi, ce vieil ouvrage contribue à la sauvegarde de la faune. Les ouvriers Italiens et Français qui l’ont bâti en seraient bien étonnés !...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article