Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découvrez l'histoire d'Echenay, petit village de Haute-Marne !

CORNELIS-FRANCISCUS HEIJNIS 1918-1982

18 Décembre 2011 , Rédigé par Petite et Grande Histoire d'Echenay Publié dans #Ceux d'Echenay...

Il n’était pas dans mon intention d’évoquer des personnalités contemporaines et cela pour diverses raisons. De toute façon, ce n’est pas l’esprit du blog. Pourtant, quand j’ai trouvé ces renseignements, je me suis posé la question.

 Comme j’ai connu (un peu) la personne que je vais évoquer, je me suis dit que je pouvais faire une petite entorse. Et puis, comme j’ignorais son véritable nom ni son histoire, je me suis dit que je n’étais peut être pas le seul.

Tous les Epincellois ont connu Cornelis-Franciscus HEIJNIS, enfin ceux qui ont au moins la cinquantaine. Impossible de le louper. Mais de qui parle-t-on ?

Né le 7 mars 1918, à Alkmaar (Pays-Bas), Cornelis- Franciscus Heijnis est le frère aîné du futur P. Frans (1919-1995). Après une année au lycée d'Alkmaar (1930-1931), Cornelis-Franciscus poursuit ses études secondaires à l'école apostolique de Boxtel (1931-1936). Il choisit d'entrer au noviciat de l'Assomption, à Taintegnies (Belgique), où il prend l'habit le 27 septembre 1936. Il prononce ses premiers vœux le 28 septembre 1937, sous le nom de Frère Gaston. Le P. Domitien Meuwissen le décrit comme un « novice affable, sympathique à tous, d'un commerce très doux et agréable, qui a le désir sincère et surnaturel de se donner à Dieu pour travailler au salut des âmes ». Après deux années de philosophie à Saint-Gérard (1937-1939), le Frère Gaston arrive en septembre 1939 à Bergeijk où se trouve le noviciat nouvellement ouvert pour les Frères hollandais, en vue d'une troisième année de philosophie, mais le 9 novembre, il part en France, avec plusieurs de ses confrères, pour étudier la théologie à Lormoy (Essonne). Profès perpétuel le 28 septembre 1940, il est ordonné prêtre le 26 juillet 1942 à Lormoy par Mgr Pie Neveu.

Après son ordination, le Père Gaston, parfaitement francophone, passe presque toute sa vie en France, d'abord dans la paroisse de Saint-Christophe de javel à Paris (1943-1947), puis au collège Saint- Louis de Gonzague à Perpignan (Pyrénées- Orientales), au collège de l'Assomption à Nîmes (Gard) de 1948 à 1958. Après une année à l'alumnat du Christ-Roi à Chanac (Lozère), il part pour le diocèse de Châlons-en-Champagne, dans la Marne, à Montmirail pour y exercer un ministère pastoral (1959-1965).
 

Après quoi, il retourne aux Pays-Bas, d'abord comme vicaire dans une paroisse à Drunen, puis comme professeur de religion dans une école technique à Boxtel, et de même à Bréda où il a également le soin pastoral des nomades.

Comme son cœur est resté en France, il y retourne en 1970. Il est curé à Echenay, l'une des paroisses situées au nord du diocèse de Langres, en Haute-Marne, qu'ont pris en charge les Assomptionnistes de la Province des Pays-Bas. Le Père Gaston y demeure jusqu'à sa mort, survenue le 26 avril 1982 à Chaumont où il est hospitalisé depuis une dizaine de jours. Ses funérailles ont lieu dans l’église paroissiale d'Echenay. Il est inhumé à Echenay.

 

Pour information, La congrégation des Augustins de l'Assomption (A.A.) a été fondée en 1850 par le père Emmanuel d'Alzon qui voulait une famille religieuse à la fois moderne et enracinée dans la Tradition, c'est à dire sensible, à chaque époque, aux grandes causes de Dieu et de l'homme. C'est là sa vocation, découlant de sa devise : "Que ton règne vienne !"

 

 

Source : Site Net des Augustins de l’Assomption

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article