Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découvrez l'histoire d'Echenay, petit village de Haute-Marne !

LE DÉVOUEMENT DE LOUISE REMY - ECHENAY 1832

26 Novembre 2015 , Rédigé par Petite et Grande Histoire d'Echenay Publié dans #Ceux d'Echenay...

LE DÉVOUEMENT DE LOUISE REMY - ECHENAY 1832

En 1832, le département de la Haute-Marne eut à faire face à un terrible fléau : le choléra.

Celui-ci se déclare d’abord à Paris à la fin de l’hiver puis se propage, lentement mais surement.

Dès le début avril, le Préfet de la Haute-Marne prend, à titre de précaution, des mesures pour limiter l’épidémie.

Le Préfet [de Haute-Marne] adressait, en date du 4 avril, aux maires du département, une circulaire dans laquelle il indiquait les précautions à prendre. Il nommait, dans chaque canton, des commissaires chargés de faire des tournées pour veiller à l'exécution des dispositions que sa circulaire contenait, et faisait publier, par ordre du gouvernement, une «Instruction populaire sur les principaux moyens à employer pour se garantir du choléra-morbus et sur la conduite à tenir lorsque cette maladie se déclare.

[Le choléra] qui, jusque dans les premiers jours de mai, avait épargné la Haute-Marne, allait y paraître.

Déjà, mais sous toutes réserves, les journaux avaient enregistré quelques alertes : « Le 26 avril, deux cas de choléra s'étaient déclarés à la campagne, sur des laboureurs, l'un à Manois et l'autre à la ferme de Saint-Hubert, près d'Andelot. Le 6 mai, un homme des environs de Joinville, ayant ressenti des coliques, s'était cru perdu.

En réalité, le choléra éclatait à Saint-Dizier le 7 mai et causait deux décès le 8. Le 9, un cordonnier tombait malade à Hoëricourt, il mourait douze heures après.

Au 8 juin, il y avait eu, à Saint-Dizier, 423 cas et 187 décès. A Villiers-en-Lieu, du 23 mai au 8 juin, 64 malades et 23 décès. En juin, la maladie s'étendant successivement à Wassy, Louvemont, Montier-en-Der, Villiers-au-Bois, Anglus, Sauvage-Magnil, Louze, Bailly, Rozières, Joinville, Ceffonds, les opérations du tirage au sort durent être ajournées

Fin juin, le choléra atteint Echenay. Jean Baptiste Jacquinot est la première victime. On l’enterre le 27 juin. Deux jours plus tard, Marie Madeleine Jacot le suit dans la tombe. C’est le début d’une longue série qui durera jusqu’au 29 juillet. Pas moins de 14 personnes seront emportées, soit un décès tous les 2 ou 3 jours. Fin juillet, « la faucheuse » décide de quitter Echenay après avoir moissonné son dû.

Au 8 août, l'arrondissement de Wassy (dont Echenay faisait partie) avait eu 82 communes atteintes, 4.294 malades, dont 1.313 décès, payant le plus lourd tribut. L’arrondissement de Chaumont avait eu 11 communes atteintes, 140 malades et 35 décès et celui de Langres, 4 communes atteintes, 109 malades et 66 décès.

En ces temps terribles, l’épidémie avait révélé les natures humaines : Dénonciations pour soupçons d’empoisonnement de l’eau, lynchage, meurtres, etc… avaient émaillé le quotidien des grandes villes. Sans doute en a-t-il été parfois de même dans certaines campagnes…

On sait maintenant qu’il fallait chercher ailleurs les raisons de cette tragédie.

« Malgré les circulaires administratives, malgré les recommandations des Commissions d'hygiène cantonales et communales, par la plus coupable incurie, les villages restaient dans un état de malpropreté révoltante. Les fumiers séjournaient devant les maisons, dans les rues fangeuses, et l'on n'avait aucun souci de curer les mares où croupissaient les boues infectes. Nul préparatif pour combattre l'épidémie; pas de service organisé pour le traitement des malades; pas de médicaments, pas de médecins, pas d'infirmiers; aussi, l'épidémie ne rencontrant point d'obstacles, propageait ses ravages avec toute la rapidité d'un torrent. On tombait dru sans possibilité de recevoir le moindre secours. »

« Sans doute, l'époque douloureuse que le département venait de traverser avait vu bien des faiblesses, mais il faut le dire à l'honneur de notre pays, elle avait compté nombre d'actes généreux. »

Louise Rémy, fille légitime Philippe Rémy et de Marguerite Labrouvois, est née le 28 avril 1765 et a été baptisée le lendemain.

Pour dire vrai, ce n’est pas la première fois que je croise la famille Rémy dans mes recherches. Une sœur de Louise, Marianne Rémy a eu une bien belle tombe au cimetière d’Echenay. Tombe qui avait retenu l’attention d’Emile Humblot, homme politique local et membre du Conseil supérieur des monuments historiques mais aussi inspecteur de la société française d'archéologie.

Mais revenons à Louise !

Le 20 thermidor An IV (7 août 1796), elle épouse François Bertrand, manouvrier âgé de 54 ans, de la commune également. Louise a alors 31 ans. Sans doute vécurent-ils une vie difficile avec leur condition de manouvriers.

Mais c’est en juin 1832 que Louise fera parler d’elle. Au moment de l’épidémie, elle a alors 67 ans…

« Une veuve Rémy-Bertrand, de la commune d’Echenay, s’était si particulièrement distinguée, que le Préfet lui fit remettre une récompense.

Durant toute l’épidémie, cette femme âgée et presque sans ressources avait donné ses soins aux malades, enseveli les morts que personne n’osait approcher. Elle avait été jusqu’à sucer le lait d’une femme nourrice atteinte du choléra et que l’engorgement des seins réduisait à un état alarmant. »

Comme le prédisait Andy Warhol, Louise Rémy aura eu son moment de célébrité puis retournera à son anonymat.

Le jeudi 23 janvier 1845, Louise s’éteint à l’âge de 80 ans. Ce sont un petit neveu par alliance et un voisin qui déclarent son décès à la mairie.

170 ans plus tard, je suis heureux de la remettre en lumière.

Acte de décès de Louise Rémy - Source: AD52

Acte de décès de Louise Rémy - Source: AD52

Marianne puis Louise…

Comme je le disais à la fin de mon article sur la tombe oubliée de Marianne, serait-il possible que les morts nous appellent parfois pour conter leur histoire ?

Sources :

  • Gallica
  • Annales de la Société d’histoire, d’archéologie et des Beaux-Arts de Chaumont – 2eme volume – 1900 / 1905
  • AD52

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Guyot Armelle 27/11/2015 11:49

merci pour le partage de cet article