Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découvrez l'histoire d'Echenay, petit village de Haute-Marne !

QUELQUES POMPIERS D'ECHENAY - XXe SIÈCLE

22 Juin 2015 , Rédigé par Petite et Grande Histoire d'Echenay Publié dans #Echenay-Epoque Moderne

Exercice Incendie à Echenay vers 1950

Exercice Incendie à Echenay vers 1950

La loi des 16-24 août 1790, et sa réaffirmation par celle du 5 avril 1884 qui fixe l’organisation communale, confia aux maires « le soin de prévenir par des précautions convenables et de faire cesser, par la distribution des secours nécessaires, les accidents et les fléaux calamiteux ainsi que les pollutions de toute nature, tels que les incendies, les inondations, les ruptures de digues, les éboulements de terre et de rochers, les avalanches ou autres accidents naturels, les maladies épidémiques ou contagieuses, les épizooties, de pourvoir d'urgence à toutes les mesures d'assistance et de secours et, s'il y a lieu, de provoquer l'intervention de l'administration supérieure ».

Initialement inclus dans la Garde Nationale, les Corps de Pompiers étaient divisés en pompiers municipaux ou encore volontaires de la Garde Nationale sous autorité militaire.

Quand en 1852 la Garde Nationale est supprimée suite au coup d’état de 1851, les corps de Pompiers municipaux subsistent, gardant un statut calqué sur l’organisation militaire.

Echenay a bien évidemment eu ses pompiers municipaux, placés sous l’autorité du maire.

Local de stationnement de la pompe à incendie d'Echenay

Local de stationnement de la pompe à incendie d'Echenay

Voici donc le portrait de quelques pompiers Epincelois :

Louis BARBIER est né le 4 décembre 1860 à Saudron, fils de Jules Barbier et de Joséphine Soyer.

Il se marie à Julienne TERNOT (née à Laneuville aux bois en 1867).

La famille BARBIER semble être arrivée à Echenay entre 1891 et 1896. On l’a vu, ils n’étaient pas originaires de bien loin ! Ils s’installent rue des ponts, à côté des sœurs.

Louis Barbier est le cantonnier chef d’Echenay en 1906. Il exercera toujours cette profession puisque le 26 avril 1922, il reçoit la médaille d’honneur des cantonniers départementaux et communaux. Elle était décernée par le ministre de l’Intérieur, aux cantonniers de la voirie, départementale et communale, qui comptaient plus de 30 ans de services.

A 51 ans, par décret du 28 novembre 1911, il est nommé Lieutenant des sapeurs-Pompiers d’Echenay (JO du 12/1/1912).

Deux ans plus tard, il est nommé par décret du 18 septembre 1913 Lieutenant honoraire des sapeurs-pompiers (JO du 20 octobre 1913).

Auguste JACQUET, cultivateur, est né le 13 novembre 1867 à Harméville (52), il est le fils d’Hilaire Jacquet et de Hortense Belgrand.

Marié le 19 mai 1900 à Mathilde LELOUP née en 1881 à Saint Mihiel (55), le couple habite la grande rue à Echenay.

Il est nommé par décret du 18 septembre 1913 Sous-Lieutenant des Sapeurs-Pompiers (JO du 20 octobre 1913)

Prosper BELLONI

Né le 6 novembre 1876 à Echenay, fils de François Belloni et Octavie Labé, Prosper habite avec sa mère, épicière dans la grande rue en 1906.

Nommé par décret du 24 février 1920, il devient à cette date sous-lieutenant (JO du 27 mars 1920)

Pierre LESEUR devient sous- lieutenant par décret du 14 aout 1921 (JO du 9 Octobre 1921) puis lieutenant par le décret du 13 Octobre 1926 (JO du 5 novembre 1926)

Né le 26 mars 1887 à Echenay, fils d’Edouard Nicolas Leseur et de Marie Constance Belloni. Il se marie le 21 Avril 1917 avec Marie Thérèse Perry et décède le 11 mars 1956 à Rachecourt sur Marne.

Martial WITTMER est promu sous-lieutenant par décret du 19 février 1937 (JO du 11 mars 1937).

Né le 11 février 1906 (+ 1992), il est le fils de Jean Camille Wittmer et de Léontine Voguet. Il épouse Rose Balssa le 6 septembre 1937 à Echenay. Originaire de Carmaux (81), la jeune femme avait été nommée receveuse à la poste d’Echenay. Martial, lui, est cantonnier de la commune.

Lors de l’offensive Allemande de 1939, Martial fut fait prisonnier et transféré au Stalag VI F à Bocholt.

Je souhaite que ces courtes tranches de vie puissent être utiles à quelques généalogistes.

Sources

AD52

Journal Officiel de la République Française - Gallica

Bulletin des Lois - Gallica

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article