Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découvrez l'histoire d'Echenay, petit village de Haute-Marne !

LE POINÇONNEUR DE CHÂTEAU-ROUGE - ECHENAY / PARIS - 1910 / 1914

5 Juin 2015 , Rédigé par Petite et Grande Histoire d'Echenay Publié dans #Mes ancêtres

Station Château Rouge - 18eme arr - Paris

Station Château Rouge - 18eme arr - Paris

Après quelques mois passés à L’Urbaine (Compagnie Parisienne de Voitures L’URBAINE) - Avril à Décembre - comme Taximètreur (Taxi cocher de fiacre), Edouard donne sa démission le 31 Décembre 1909.

Il a trouvé un autre travail.

En ce début de siècle, Paris continue son développement tentaculaire et les besoins de transports sont énormes. Les artères de la capitale sont paralysées par les piétons, les voitures à chevaux, les omnibus et les premiers véhicules à moteur… Voilà des années que l’Etat et la Ville de Paris se renvoient la balle pour trouver une solution, et surtout la financer !

L’exposition universelle de 1900 leur fournira matière à s’entendre. Vers la fin du siècle est décidée la construction du Métropolitain, à l’instar de la ville de Londres qui a été le précurseur en 1863. Une façon élégante de faire d'une pierre deux coups en mariant modernisation des transports et épate des visiteurs attendus…

La première ligne ouvrira le 19 juillet 1900, quelques mois après l’inauguration de l’Exposition et en 1909, date qui nous intéresse, six lignes desservent Paris. Le métro est un gros demandeur de main d’œuvre. Les chantiers mais aussi l’exploitation des lignes existantes réclament des bras.

Edouard va en profiter.

LE POINÇONNEUR DE CHÂTEAU-ROUGE - ECHENAY / PARIS - 1910 / 1914

Il entre le 1er janvier 1910 à la Compagnie du Chemin de Fer Métropolitain de Paris comme Sous-Surveillant de contrôle de 3eme classe à la station Château Rouge (18eme).

À son ouverture en juillet 1900, le métro de Paris [ ] est exploité par un grand nombre d'agents. On y trouve alors :

  • un chef surveillant, responsable des personnels à bord des trains lors de l'arrêt de ceux-ci en station, responsable des installations techniques dans sa station et responsable commercial avec la supervision de la vente des billets ;
  • des surveillants de quai, chargés de superviser les quais et d'aider à la montée et la descente des voyageurs en présence des trains ;
  • une receveuse chargée de la vente des billets ;
  • un surveillant de contrôle qui poinçonne les billets. Le surveillant de contrôle est généralement le mari de la receveuse.

À bord des trains aussi, le personnel est en grand nombre. On y trouve :

  • un chef de train, responsable de tout le personnel embarqué dans le train, incluant le conducteur ;
  • des gardes assurant le bon fonctionnement des portes qui n'étaient alors pas automatiques, ainsi que la surveillance du train ;
  • un conducteur, chargé de la conduite du train et du petit entretien des motrices.

C'est la catastrophe de Couronnes, le 10 août 1903 sur la ligne 2, qui modifie complètement l'ensemble de cette organisation, jugée insuffisante. Alors que les lignes font l'objet de modifications techniques destinées à réduire les risques d'incendie en tunnel, une nouvelle organisation est mise en place avec notamment la création d'un personnel d'encadrement en ligne, chargé d'assister les agents répartis en station et dans les trains. Les lignes sont ainsi divisées en plusieurs secteurs, avec pour chacun d'eux la présence d'un gradé responsable, le chef de secteur.

Deux services sont créés : le service du Mouvement et le service de la Traction. Le service du Mouvement concerne les agents sédentaires, en station et en ligne, ainsi que les agents d'accompagnement des trains, qui sont placés sous l'autorité de gradés appelés « régulateurs ». Ceux-ci sont chargés de la gestion des intervalles entre les trains, la gestion du respect des horaires étant assurée par les chefs de secteur. Dans les terminus les agents sédentaires et les agents d'accompagnement des trains étaient sous la responsabilité d'un sous-chef de terminus. Il était chargé d'expédier les trains, avec un chef de départ et les chefs de manœuvre sur la ligne. Tous deux sont sous la responsabilité du chef de gare, qui dépend d'un inspecteur Mouvement, lui-même dépendant d'un chef de service. Le second service, le service de Traction, concerne uniquement les agents de conduite des trains, qui sont placés sous la responsabilité d'un chef de secteur, qui dépend d'un inspecteur Traction, lui-même dépendant d'un chef de service. Ces deux services cohabitent alors sans réels liens entre eux. Source : wikipédia

En tant que Surveillant de Contrôle, Edouard est affecté au service Mouvement. On l’a vu, c’est le service des… sédentaires !!! La CMP ne manquait pas d’humour !

Bien que je ne possède pas de document le prouvant, je sais que Lucie, son épouse, y a travaillé également. Peut-être comme receveuse comme l’évoque l’article de Wikipédia.

Edouard et Lucie empruntent donc tous les matins ces belles bouches de Métro signées Guimard. Lucie sait-elle qu’elles ont été fondues au Val d’Osne, près d’Osne Le Val, à quelques kilomètres d’Echenay ?... Surement ! Elle n’oubliera jamais son village. Mais quel changement pour la petite villageoise d’Echenay, que de chemin parcouru !

Edouard travaillera 4 ans et demi « sous un ciel de faïence ». Il sera ce « gars qu’on croise et qu’on ne regarde pas ». A-t-il ramené « jusque dans leur lit un carnaval de confettis » ?... Lucie ne l’aurait pas toléré!

C’est durant cette période que naitront les deux premiers enfants du couple. Ce travail stable leur a permis de s’installer au 40 boulevard Barbès dans un immeuble de 6 étages bâti en 1880 et situé dans le quartier de la Goutte d’Or.

LE POINÇONNEUR DE CHÂTEAU-ROUGE - ECHENAY / PARIS - 1910 / 1914

Le mardi 7 juillet 1914, Edouard démissionne. Il est possible qu’il ait eu un autre travail en vue puisqu’il demande un extrait de casier judiciaire. Ce dernier ne servira jamais et restera, comme d’autres, dans une pile de papiers, pour mon plaisir.

Moins d’un mois plus tard, le 2 août, les cloches de France sonnent.

Edouard reprend alors le chemin du 2eme Hussards. Ce sera alors 5 ans d’une nouvelle vie.

Edouard était mon grand-père.

Sources :

Papiers familiaux

Wikipédia

Meilleursagents.com

Ephéméride.com

Fontesdart.org

Et merci à Serge Gainsbourg…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article