Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Découvrez l'histoire d'Echenay, petit village de Haute-Marne !

DE L'USAGE DES CARTES DE VISITE - ECHENAY/PARIS

11 Juin 2015 , Rédigé par Petite et Grande Histoire d'Echenay

Présentation par un valet

Présentation par un valet

Si l’utilisation des cartes de visite en Chine semble ancestrale, leur apparition en France est beaucoup plus récente.

Dans les salons du XVII siècle, il était habituel d’écrire quelques mots au dos d’une carte à jouer pour communiquer discrètement avec une autre personne.

Puis vint le règne des petits « Vas-y-dire » que l’on retrouve dans tous les mémoires du siècle des lumières, acteurs incontournables mais discrets des rendez-vous galants par exemple… Vers le milieu du XVIII siècle, des "agences" proposent le service de messagers chargés de présenter des compliments à domicile ou, en cas d’absence du destinataire, de laisser sur sa porte les coordonnées de l’émetteur. Dans les dernières années du règne de Louis XIV, cette pratique donne naissance à la carte de visite, développée par les graveurs parisiens de la rue Saint-Jacques. Source : archivespasdecalais.fr

A la fin du XIX, progrès de l’imprimerie aidant, l’usage de la carte de visite s’est généralisé chez les gens de la haute société ainsi que dans les milieux d’affaires.

« La table du hall de la maison devait avoir une boite de cartes avec un stylo à proximité. Alors que les hommes étaient autorisés à garder leurs cartes dans leur poche, les dames devaient les garder dans un étui. [ ] En Europe, les hommes cornaient le bord de leur carte pour indiquer qu’ils avaient délivré eux même cette carte, tandis que si un serviteur faisait passer la carte, elle était délivrée sans être cornée.» Source : design-produit.net

Gabriel de Pimodan, châtelain et homme politique d’Echenay, les a utilisé tout au long de sa vie. Il est intéressant d’en présenter quelques-unes.

Voici six exemples que j’ai pu réunir :

La première date des années 1875. Il est alors militaire. Sous les ordres de « la grande muette », il tait ses titres de noblesse pour n’afficher que son grade !

DE L'USAGE DES CARTES DE VISITE - ECHENAY/PARIS

Puis, ayant démissionné et pris des responsabilités politiques, il peut enfin les annoncer.

Pour trois d’entre elles, la police de caractère est la même mais les titres mis en avant différent.

De même format, elles sont certainement du même imprimeur et laissent présager des utilisations et des destinataires différents.

  • Une n’affiche que le titre de noblesse - Le Marquis de Pimodan
  • La suivante, Le Marquis de Pimodan - Duc de Rarécourt, ajoute le titre romain obtenu par son père de Pie IX et transmissible à tous ses descendants mâles.
  • Enfin, la dernière est complétée de ses fonctions électives. On notera qu’elle seule fait apparaître son adresse Epinceloise, en correspondance avec lesdites fonctions.
DE L'USAGE DES CARTES DE VISITE - ECHENAY/PARIS

Enfin, la dernière utilise une autre police et est d’un format légèrement différent.

On devine une utilisation très codifiée en fonction des destinataires.

DE L'USAGE DES CARTES DE VISITE - ECHENAY/PARIS

Voici également une carte de visite que j’attribue à Emma de Couronnel, sa mère, veuve de Georges de Pimodan depuis 1860. La carte de visite reflète la position effacée qu’elle a choisie depuis le deuil, elle qui dispose de nombreux titres de noblesse. Le format est petit, discret, comme il convient sans doute à une veuve de cette époque.

DE L'USAGE DES CARTES DE VISITE - ECHENAY/PARIS

Ces traces de vie sociale reflètent donc les usages en vigueur à cette époque. J’ai pensé qu’il était intéressant de les partager.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article